Free counter and web stats

THOT



Thot (Thoth, Thout) est devenu le dieu de sagesse dont les connaissances

étaient associées à la magie, la musique, la médecine

, l'astronomie, la géométrie, le dessin et l'écriture.


 

                                                                                                                                              


Thot (Thoth, Thout) est devenu le dieu de sagesse dont les connaissances

étaient associées à la magie, la musique, la médecine, l'astronomie, la géométrie, le dessin et l'écriture.

 

 

 





Thot servit d'arbitre entre les dieux. Dans la légende d'Osiris,

 

il protégea Isis pendant sa grossesse et guérit son fils Horus quand Seth lui arracha son œil gauche.

Plus tard Thot fut

identifié avec le dieu grec Hermès dans la forme d'Hermès Trismégiste

("Hermès trois fois grand"), forme sous laquelle il est resté populaire

dans la magie médiévale et l'alchimie.




thot était aussi un dieu de l'Au-delà, qui enregistrait les jugements sur les âmes des morts.

Parfois c'était Thot lui-même qui pesait le cœur des morts par rapport

à la plume de Maât dans la chambre des Deux Vérités.


Son sanctuaire principal était à Hermopolis (Khmunu) dans la région de delta du Nil.




Thot (Thoth, Thout) était généralement représenté sous une forme humaine avec une tête d'ibis,

portant une couronne faite d'un croissant de lune de croissant.

Il pouvait aussi apparaitre comme un ibis ou un babouin, animaux qui d'ailleurs lui étaient consacrés.

 

 

 

 

thot le protecteur des scribes représenté sous la forme d'un babouin. 


Il semble avoir régné sur tout ce qui comportait une opération intellectuelle

: l'établissement de l'écriture, la séparation des langages, et par suite l'annalistique et les lois.

Il est le patron des scribes, mais il est aussi le dieu qui compte, le manieur de chiffres,

c'est à dire le calculateur du temps, des années, du calendrier, le régent des divisions temporelles.

Ces multiples aptitudes ont toujours fait de lui, dans les récits de la mythologie, le secrétaire avisé des dieux,

le gratte-papier indispensable à toute action divine.

 




Mais elles lui ont également valu d'autres prérogatives. Sa maîtrise des hiéroglyphes

et des paroles divines fait de lui un redoutable magicien, celui qui, par sa connaissance des articulations créatrices

du langage, peut susciter à volonté ce qu'il désire voir naître,

c'est ce qui explique le fait qu'il ait été considéré, par les théologiens de Memphis,

comme la langue de Ptah, c'est à dire comme l'expression verbale par laquelle le dieu donne l'existence à l'univers.

 


Dans d'autres textes, et toujours selon les mêmes idées, il est le « coeur de Rê »

, l'essence même de sa pensée créatrice {le coeur étant l'organe de la pensée}. Dieu du verbe divin,

Thot le grand paperassier, est aussi le patron des magiciens, celui qui connaît

les formules magiques nécessaires à la guérison des

malades {n'avait-il pas guéri Horus enfant, piqué par un scorpion dans les marais du Delta?}.



La bibliothèque d'Hermopolis, sa capitale était célèbre,

et l'on évoquait volontiers ses cryptes secrètes où se trouvaient

déposés les rouleaux sacro-saint écrits de la main même du dieu:

le conte démotique de Satni rapporte la quête du livre divin de Thot,

qui devait permettre d'enchanter le ciel, la terre, les eaux et le monde

inférieur et les tristes mésaventures qui frappèrent l'imprudent qui osa pénétrer ce redoutable secret.