Free counter and web stats

FEES ET ELFES ET*V

1

 

 


FEES

 


 

 

 

                                                                                                                                                       

A FEE ARC EN CIEL

 

Les fées nous endorment,

nous ouvrent les portes de leur royaume,

qui se referment sur nous

sans qu'elles aient pris la précaution

de nous en remettre la clé."

 


je te garde la nuit


"La bonne grâce est le vrai don des fées ;

Sans elle on ne peut rien, avec elle on peut tout."

 "Les fées nous échappent.

 

 



Elles sont radieuses et on ne peut les saisir, et,

ce qu'on ne peut avoir,  on l'aime éternellement."

 

                                                                                                                                                                           

Aussitôt le printemps arrivé,

Se sera autour de la nature de s’harmoniser.

 

Dans les marais, les forêts et les plaines,

Aux fruits de la nature une fée semait graines.

 



 

FEES

 



 


Elle pour qui la valeur se trouvait dans la beauté et l’ordre,

Dans ces mêmes lieux elle créa inconsciemment le désordre.

Ayant déjà fait de nombreuses victimes,

La fée prépare maintenant son nouveau crime.



 

 

 




Fée:

Moi, la fée la plus belle,

Je le suis grâce à mes ailes,

Qui sont disciplinées et essence de vertu,

Et ces fleurs le seront à leur insu.  

 

                                                                                                                                                         

Marguerite :

Moi, Marguerite, dormant paisiblement dans mon cocon floral,

J’attends tranquillement de démontrer mes pétales.

Etant timide, j’attendrais encore longtemps,

Afin d’éclore au bon moment.

 


 

 

Nénuphar: 

Moi, Nénuphar, me réveillant dans mon marais,

J’attends aussi le printemps qui amènera la paix.

Avec la force et la bravoure qui m’habite,

Je voudrais éclore tout de suite,

Mais il ne faut pas presser ses limites.  

 

 

                                                                                                                                                        

Fée:

Entendez-vous les oiseaux chanter?

Voyez-vous le soleil briller?

Ho, ho, jolies fleurs!

Vous parviendrez bientôt au bonheur!

Ne tardez pas à vous déployer,

Et par la beauté vous serez récompensée.

Prenez-moi en exemple,

Pour que tous vous contemplent!

Pensez-en se que vous voulez,

 



 

Moi je reviens à l’équinoxe printanier.

NA : La fée avait crée le doute chez les fleurs,

Celles-ci pensèrent donc au futur avec ardeur.

Marguerite:

Ho Nénuphar, je dois acquérir la splendeur de cette fée,

Pour cela n’importe où je la suivrais.

Nénuphar:

Belle Marguerite, tu as perdu la tête!

Envers toi-même tu dois rester honnête! 

 

 

                                                                                                          
                                               

 

 

Marguerite :

Non, non, je dois maintenant ouvrir mes pétales,

Pour atteindre la beauté maximale.

Nénuphar :

Ce n’est pas en imitant la nymphe magnifique,

Que tu atteindras la beauté onirique.

Si tu sors au grand jour présentement,

Le vent t’entraînera dans ses tourments.

 


 

 

Marguerite : 

Je baigne dans un monde de confusion,

Je ne sais qui a raison,

Mais, toi Nénuphar, amie fidèle

Tu n’as jamais manqué à l’appel.

À mon bien-être je n’avais pas pensé,

Merci de m’avoir éclairer.

Narrateur:

Qu’arrivera t’il dans cette forêt?

La fée acceptera t’elle la défaite avec respect?

 

                                                                                                                                                  

 

Fée : 

Bientôt le printemps arrivera 

Et j’aurais manquée à mon mandat! 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                                     

Narrateur : 

Enfin l’équinoxe arrivé, 

Je reviens pour tout coloré! 

Moi, printemps, inspiration de tous vos amours, 

Je fais sortir les fleurs et fera naître vos flammes pour toujours! 



Narrateur (morale) : 

Il ne faut point au profit de son propre nombril, 

Changer la particularité des autres, quel qu’en soit le prix. 

Il faut plutôt laisser pousser en soi sa propre fleur,

 



 
Et savoir que chaque cœur possède sa propre saveur. 

Et de l’autre côté, il ne faut pas se laisser écraser, 

Les pétales sauront vous garnir de votre singularité. 

Prendra le temps que ça prendra, 

Ce sera alors le moment, et le printemps arrivera. 

 

                                                                                                                   

 

                                                                                                               

Toi, la plus raffinée, la plus belle des fleurs, 

Toi dont l'aspect parfait n'a d'égal que l'odeur ;

 

Les mots insuffisants, rose chère à mon coeur,

Ne parviendront jamais à peindre ta beauté,

Tes délicieux boutons qui s'ouvrent en révélant

 


 

Des pétales soyeux du plus neigeux des blancs,

Ou du plus doux des roses, ou d'un rouge de sang,

Ton parfum envoûtant. Quelle félicité

D'être la fée des roses au plus chaud de l'été !