Free counter and web stats

VEDA DU FEU SACRE 12ET *V

UPANISHADS HORS-CANON

Kaula Upanishad 

Upanishad de la Voie de la main gauche


Notes préliminaires : KAULA : 1) qui concerne la famille et les intérêts privés; 2)

dans le shaktisme, c'est la voie de la main gauche, la

magie noire à buts pratiques; les rituels associés, et leurs pratiquants.
         
 

 L'école Kaula, ou Kula, est dérivée du tantrisme Kapalika, “des enclos funéraires ou des bûchers de crémation”, et se rattache à la

tradition Siddha, celle des êtres parfaitement accomplis ayant développe les pouvoirs magiques (Siddhis). Le concept de famille, groupe

qu'implique le terme Kaula désigne en fait l'interdépendance qui relie tous les êtres vivants et toute la création, lesquels sont

essentiellement une manifestation plurielle de la Divinité suprême, qui est une, qu'on la visualise comme Shiva ou comme sa Shakti.
          

 Rares sont les textes qui présentent les pratiques Kaulika, l'importance du maître pour la transmission des techniques étant considérée

comme primordiale. La doctrine Kaulika, de plus, considère la transgression des injonctions traditionnelles et des coutumes sociales

comme la voie majeure vers la libération. Les concepts-clé sont :

  •                                                              l'équivalence totale des notions de pureté-impureté,

  • le sacrifice intériorisé puis extériorisé à travers six types de supports : la réalité du monde extérieur, le couple en union sexuelle, le   

                                               corps, le déploiement de l'énergie sacrée (Kundalini) à travers la Sushumna nadi,

                                                          le mental et la puissance créatrice de la Divinité (Shakti),

  •                                                                  la liberté dans le sens d'auto-suffisance, libre-arbitre, 

                                                                        déconditionnement culturel et mental,






  • l'identification au maître tout en développant un fort sens du sens du moi individuel (Aham). “Le Maître est lui-même la voie”, disent 

    les Shiva Sutras, et l'Atman du maître est aussi celui de ses disciples.

           La pratique recouvre les champs suivants : la famille spirituelle (initiation à la secte), le couple (rituels sexuels), le corps  

(méditations tantriques), l'énergie de Shakti (science des mantras) et le développement de la conscience.

           Le terme Kaulika – qui ouvre et clôt cette Upanishad – désigne à la fois le pouvoir occulte (siddhi) d'identification à la Conscience

universelle, qui produit une descente de cette conscience non-duelle à travers le corps physique, en une sorte de

« samadhi extroverti ». Kaulika est bien l'énergie de Shakti, qui , en jaillissant, crée un pont entre le matériel et le spirituel, de même que

Shakti est celle qui crée l'univers manifesté tout en demeurant étroitement unie à Shiva. Le but de l'adepte est donc de créer cette Kaulika,

et de suivre la voie qu'elle trace vers la Conscience absolue.

 


          

 Le MahaNirvana Tantra affirme à nombreuses reprises la supériorité de la doctrine Kaula, et la vante comme la plus puissante

protection durant le Kali Yuga. Ainsi, “Le mérite acquis par la dévotion à un membre de la secte Kaulika est dix millions de fois supérieur à

celui acquis par le renoncement au monde et à toutes ses richesses (IV, 41). Un hors-caste (Chandala) connaisseur de la doctrine Kaulika

surpasse en excellence un brahmane, et un brahmane qui ignore cette doctrine est encore inférieur à un hors-caste (IV, 42)”

 

           Puisse le pouvoir de la Kaulika triompher ! Puisse Varuni triompher !Puisse la Vérité triompher ! Puisse Agni, le Feu, triompher !

Puissent toutes les créatures vivantes triompher !

 

     

 

    Salutations à l'Absolu ! Salutations à la Terre ! Salutations au Feu ! Salutations à l'Air ! Salutations au Maître ! Tu es semblable à

l'univers. Tu est Tat, Cela, de toute évidence. Je vais parler de la Loi divine. Je vais dire la Vérité. Que Cela me protège ! Que la source de

la parole me protège ! Oui, qu'elle protège mes paroles !Om ! Shanti Shanti Shanti ! Paix ! Paix ! Paix !

           Passons maintenant à une investigation de la Loi (Dharma). Elle repose sur la connaissance et le mental. Elle est la seule cause de

la connaissance et de la libération. Les pouvoirs occultes (Siddhis) proviennent de notre propre être,

et se développent en conséquence de notre libération.

           Les cinq objets des sens constituent l'univers manifesté. La Connaissance est l'essence véritable de tout ce qui existe. L'union

accomplie (Yoga), voilà la libération.

 


           L'Absolu indivis et indifférencié (Adharma), voilà le Créateur. L'ignorance est semblable à la connaissance. Ishvara, le Seigneur

suprême, est lui-même l'univers. L'éternel est semblable au transitoire. La connaissance est identique à la non-connaissance. L'Absolu

indivis et indifférencié, c'est aussi la Loi. Et c'est aussi la libération.

           Les cinq entraves* constituent l'essence même de la connaissance authentique

.L'embryon est celui qui construit ce monde. Voilà la libération.

*                                                        l'ignorance, l'égoïsme, l'attachement, l'aversion, la peur.

 


           Voilà la connaissance authentique. Des cinq organes des sens, l'œil est le principal. On doit se comporter de façon opposée à celle

qui est enjointe. Mais on ne doit pas le faire sans tenir compte néanmoins de la Loi. Telle est l'essence de la paix de Shambhu*.

Shambhu : « Lieu de félicité», épithète de Shiva sous son aspect paisible; l'Être divin manifesté, qui émet lebindu primordial,

puis engendre Shakti, puis Om, lançant ainsi la création.

           La pratique d'une voie spirituelle ne peut pas se trouver dans le savoir pur. Le maître est tout. Tout se produit au sein du mental.

Les pouvoir occultes n'existent pas chez les non-initiés. Abandonne l'orgueil, etc.*

* Les cinq péchés majeurs sont : lobha, l'avidité; dosa, l'aversion; moha

 , l'illusion, la tromperie; mana, l'orgueil;ditthi, les vues erronées.

 

 

 


           On ne doit pas divulguer cette doctrine. On ne doit pas en parler à des non-initiés. Même des arguments faibles peuvent recéler la

vérité. On ne doit pas faire de distinction. Ne parle pas du secret du Soi. C'est à un disciple qu'on peut en parler.

           En soi, un adepte de Shakti, à l'extérieur, un adepte de Shiva, dans le monde, un adepte de Vishnu. Telle est la règle. La libération

découle de la connaissance du Soi.

           Ne condamne pas les autres, ne les considère pas comme des insensés. Ne prononce pas de vœux. Se ligoter, ce n'est pas se

libérer ! Un Kaula ne doit pas pratiquer de façon ostensible. On devient l'égal de la Totalité. On devient libéré.

           On peut lire ces aphorismes au lever du soleil. On parvient ainsi au pouvoir occulte de la connaissance. C'est en réalité la

connaissance du Soi, ou de la Déesse suprême, Parameshvari*.

Parameshvari : « la Déesse suprême », épithète de Kundalini Shakti, exprimant son aspect éternel et transcendantal.

           Puisse le pouvoir de la Kaulika triompher !

 

Om ! Shanti ! Shanti ! Shanti ! 
Om ! Paix ! Paix ! Paix !

Traduite et annotée par M. Buttex