Free counter and web stats

VEDA DU FEU SACRE 9 ET *V

Sarabha Upanishad 

Upanishad de l'Homme-Lion-Aigle

e de P. R. Ramachander

 

Note préliminaire : Parmi toutes les formes qu'a pu assumer Shiva

Sarabha est la forme composite homme-lion-aigle (cf. shloka 3) qu'il prit

pour maîtriser l'orgueil destructeur de Vishnu sous sa forme Narasimha (l'homme-lion). C'est la forme la plus féroce qu'ait assumée le dieu,

et l'épouvante qu'elle suscitait suffit presque à dompter le farouche Narasimha, forme que ne voulait pas quitter Vishnu après avoir tué le

démon Hiranyaka, car il avait pris goût à la destruction, oublieux de son rôle de Protecteur de l'univers ! Grâce à la forme terriblement

Effrayante de ce Sarabha, Vishnu fut saisi de commotion et se souvint – enfin ! – du rôle bénéfique qu'il était censé remplir.

 

Om ! Ô Dieux, puissions-nous entendre de nos propres oreilles ce qui est propice;
Puissions-nous voir de nos propres yeux ce qui est propice,
Ô Vous, dignes de vénération !
Puissions-nous jouir de notre vie jusqu'au terme alloué par les Dieux,
Leur adressant des louanges, avec notre corps bien ferme sur ses membres !
Qu'Indra le glorieux nous bénisse !
Que Surya (le Soleil) omniscient nous bénisse !
Que Garuda, le tonnerre qui foudroie le mal, nous bénisse !
Que Brihaspati nous octroie le bien-être !


Om ! Que la Paix soit en moi !

Que la Paix gagne mon environnement !

Que la Paix soit en les forces qui agissent sur moi !

 


 

             1-2. Mes salutations au Dieu des origines qui est le Seigneur, qui est le meilleur,

qui est le Père des mondes, le plus grand parmi

les dieux du panthéon, qui créa Brahma le Créateur, qui lui fit don des Védas au début du temps, qui est aussi le père de Vishnu et des A

utres dieux majeurs, qui est digne de toutes louanges, et qui – au moment du pralaya (1)– détruit tous les mondes. Il est le seul qui soit

plus grand que tous les autres dieux, qui les surpasse tous et possède l'autorité sur eux.

Pralaya : Destruction partielle de l'univers à la fin d'un kalpa ou jour de Brahma (ou éon), soit 4.294.080.000 années solaires,

caractérisé par la réabsorption des mondes physiques et subtils dans le monde causal.

 

 

             3. Ce très puissant Maheshvara (1) prit la forme monstrueuse de Sarabha (2)

  afin de mettre fin à l'avatar d'Homme-Lion (Narasimha)

qui décimait le monde des humains.  1 “Le Seigneur Suprême”, épithète de Shiva. 

2 Le Karanagama décrit Sarabha ainsi : "Cet hybride homme-lion-aigle a huit jambes, trois yeux, de longues griffes, deux

mains, un corps éblouissant comme un feu étincelant, surmonté d'une face de lion, doté de deux ailes

, l'une représentant la  farouche Durga, et l'autre Yama, la Mort."

             4. Sarabha, de ses griffes tranchantes, lacéra Vishnu qui avait pris l'apparence de Narasimha. Et Shiva, qui emporta la dépouille de

l'homme-lion, la porta à son tour et fut appelé Virabhadra (2) sous ce déguisement.

 Virabhadra : Terrible génie, émané de Shiva, dont les Puranas content plusieurs exploits violents.

 


             5. Pour quiconque est désireux de posséder tous les pouvoirs occultes (1),

il est Celui sur lequel il doit méditer. Salutations à C

Rudra (2) qui, d'un seul geste, décapita la cinquième tête de Brahma !

Siddhis : On en dénombre 8 : 1) ahima: diminution; capacité de se rendre aussi petit qu'un atome, ou de vision à cette

échelle; 2) mahima: grossissement; capacité de se rendre aussi grand qu'un cosmos, ou de vision à cette échelle; 3) laghima:

extrême légèreté, lévitation; 4) prapti: omniprésence, dédoublement, capacité de se déplacer n'importe où à volonté;

5) prakamya: capacité d'obtenir tous ses désirs; 6) vashitva: contrôle sur les forces naturelles; 7) ishititva: suprématie sur les

lois naturelles; 8) kama-avasayitva: complète satisfaction de ses volontés.

Mais le siddhi suprême (parasiddhi) est la  réalisation du Soi, Parashiva ou Brahman.

Rudra : « le Rouge brillant, le Pleureur », de “-rud”: pleurer - Shiva sous son aspect destructeur, « Maître des puissances

terrifiantes », lorsqu'il dissout les mondes au moment d'un pralaya, utilisant pour ce faire la force cosmique de

réabsorption. Rudra, en tant que Maître de la Connaissance, est aussi Shiva sous son aspect de Maître de la colère et de la

peur, mais aussi de Yogi impeccable et redoutable, maître des pouvoirs secrets (siddhis), également de nature ignée.

 

 

             6. Salutations à ce Rudra qui frappa Kala, le Temps destructeur,

et le fit tomber; salutations aussi à Lui qui but le brûlant

poison Halahala (lequel le rendit invincible au lieu de le tuer - NdT).

             7. Salutations à ce Rudra dont les pieds sont adorés par les fleurs qui proviennent des yeux de Vishnu, et qui, en retour, témoigna

sa satisfaction en lui cédant la roue sacrée, le Chakra.

             8. Celui-là qui a traversé l'océan des souffrances, peut contempler ce Dieu, atome à l'intérieur d'un atome, grand parmi les grands,

Lui qui est l'Atman occulté au cœur de toute créature, demeurant paisiblement au-delà de toute activité.

             9. Salutations à ce Rudra, qui est le plus grand parmi les dieux, Lui qui brandit le trident (1), dont la bouche énorme est dévorante,

Lui qui est le Seigneur suprême, Maheshvara, et dont la bénédiction a des conséquences bénéfiques (sic !).

Shula ou Trishula : « trident » - Shiva tient cet emblème des trois gunas (Sattva, Rajas et Tamas) au plan macrocosmique, et

des trois nadis principales (Ida, Pingala et Sushumna) au plan microcosmique. En tant queRudra, il l'utilise comme instrument

 

 

 

 

 

de punition sur les plans spirituel, subtil et physique.

             10. Le mot “Chara” désigne des créatures dotées de mouvement, et du fait que Brahman brille au milieu de leur corps sous les

traits de Hari (1), on les appelle aussi Sarabha. Écoute bien, grand sage, cela peut te mener directement au salut ! (2)

Hari : « rouge doré » - Appellation de Vishnu. 

2 Ce ne sera pas mon cas, hélas, car je ne décrypte pas le jeu de mots chara/sarabha !

             Tout deux-fois né (1) qui lit cet enseignement, que l'on désigne comme “le grand Shastra (2) du sage Pippalada”, ou qui le fait lire

à d'autres, se débarrassera de toutes les naissances et morts à venir et parviendra au salut.

Cette Upanishad le dit, il deviendra semblable à Brahman !

Dvija: “deux fois né” - membre des 3 castes supérieures, qui a reçu le cordon sacré (yajnopavita).
 

Shastra : Le savoir systématisé et élaboré en traités. Par extension, tout manuel ou recueil de règles, tout livre ou traité, en

particulier un traité religieux ou scientifique, toute œuvre sacrée d’autorité divine.

 

Om ! Ô Dieux, puissions-nous entendre de nos propres oreilles ce qui est propice;
Puissions-nous voir de nos propres yeux ce qui est propice,
Ô Vous, dignes de vénération !
Puissions-nous jouir de notre vie jusqu'au terme alloué par les Dieux,
Leur adressant des louanges, avec notre corps bien ferme sur ses membres !
Qu'Indra le glorieux nous bénisse !
Que Surya (le Soleil) omniscient nous bénisse !
Que Garuda, le tonnerre qui foudroie le mal, nous bénisse !
Que Brihaspati nous octroie le bien-être !


Om ! Que la Paix soit en moi !
Que la Paix gagne mon environnement !
Que la Paix soit en les forces qui agissent sur moi !

 

Ici se termine la Sarabhopanishad, appartenant à l'Atharva Véda. 

 


Traduite et annotée par M. Buttex
D'après la version anglais