Free counter and web stats

LES CHEVALIERS D 'OR DRAGON DE FEU 2 *V

 

 http://blog.troulite.fr/arktoss/public/Dragons/Spectral_Dragon_7.jpg

 

 

La plus rare des trois espèces est le Draco flameus.

Il est extrêmement difficile à observer et à étudier puisque son habitat est inaccessible aux êtres humains. Ce dragon inconnu vit dans

les volcans actifs et son entourage naturel sont les grandes rivières de laves et de fougueuses cavernes dans le ventre de la terre. Dans

ce monde de feu et d’incandescentes pierres en fusion, demeure le Père-Dragon, et on y retrouve aussi sa cour.

Les accouplements s’y font, des rituels qu’aucun humain n’a pu observer. Le jeune dragon passe son enfance dans cet entourage

suffocant et sort seulement à sa pleine maturité pour y chasser brièvement. Créature nocturne, il ne sort donc que quand l’air est sec,

par temps clair et que la noirceur règne. Il est enveloppé de flammes, créant une image de destruction. L’eau et l’humidité sont de

grandes menaces depuis qu’elles peuvent causer la «corrosion des écailles», une maladie fatale.

 

 

Durant ses excursions dans le monde extérieur,

le dragon de feu enflamme une vaste étendue de terre,

brûlant tout sur son passage et dévore les charognes des

animaux perdus dans les cendres. Il crache le feu

 

dragon violet

de sa bouche ; ce feu est produit à partir d’une mixture

de méthane et de phosphore qu’il fabrique et qu’il

entrepose dans un second estomac. La mixture s’enflamme au contact de l’oxygène, quand il la crache de sa

bouche. Sa nourriture favorite sont les hydrocarbures tels les huiles, (qu’il ingurgite en grande quantité).

 

 

 

Il utilise d’ailleurs ces substances pour laver et faire briller son «armure» -

une occupation qui prend plusieurs heures d’ailleurs. Il prend grand soin de chaque écaille et est toujours aux

aguets pour quel que défaut susp

ect. Ce n’est pas une question de vanité ici, mais de maladie. La corrosion des écailles entraîne le

détachement de l’écaille, laissant la peau sensible

 

du dragon exposée et vulnérable, et ce pas seulement aux brûlures mortelles

produites par la lave mais aussi à la déshydratation,

 

résultat de l’énorme chaleur. Les écailles,

qui recouvrent le corps entier, sont fait d’un alliage de métal et d’amiante. Elles possèdent beaucoup de

couleur, du jaune or au rouge, bronze et noir

et elles sont sa seule protection contre le feu. Sans cette armure,

il est susceptible de brûler comme tout autre créature.

 


Apparemment, cette espèce était abondante dans les volcans de l’Islande

et volaient aussi loin que de l’Irlande jusqu’au nord de la Bretagne. On dit aussi qu’une petite colonie de

dragons de feu ont survécu en Sicile. D’un

autre côté, il n’y a pas de preuve d’existence de cette espèce dans le Vésuve. Ce mystérieux mais fascinant

animal a une large famille de serviteurs,

principalement des salamandres et d’autres créatures inconnues.

 


Le dragon de feu vit dans de vastes caves complexes à l’intérieur de cr

atères avec des courants de lave et de gaz suffocants. Malgré son étrange

et apeurant habitat, il est le plus amical et paisible des grandes races de dragons.

 

DRAGON


Il est le plus sociable et le plus ouvert. La société du dragon

de feu est formée de trois (3) larges groupes matriarcaux.

Une femelle puissante et sexuellement mature occupe la cave principale d’une colonie

formée par les mâles et leurs fils. Comme il est habituel chez les

dragons, seulement la paternité est reconnue et le jeune n’est pas considéré

comme le descendant de la femelle mais la progéniture du mâle.

Conséquemment, la femelle ne proteste pas quand un mâle arrive avec un œuf d’une autre femelle. Malgré

cette structure matriarcale, la grande famille du dragon de feu continue

à être gouvernée par le Père-Dragon,

mais dans cette situation la hiérarchie n’est pas aussi rigide.

Et vu que l’habitat du dragon de feu est restreint et que

les colonies sont vraiment près l’une de l’autre et joints par

 

 

b5cf9ff8.gif

plusieurs corridors, les animaux du même sexe et âge vivent,

 

jouent et apprennent ensemble. Cette cohabitation avec d’autres

membres signifie que ce type de dragon a moins de contact

avec les humains en comparaison avec les autres

espèces, car il peuvent satisfaire leurs

 

besoins émotionnels avec les leurs, en couples

ou amicalement avec leurs voisins de la colonie.

Ils font beaucoup d’activités de groupe, bien qu’ils chassent

toujours seuls pour ne pas effrayer leurs proies.

 

TUBES DRAGONS


 

Le petit dragon de feu 

 (Draco flamula)

Le Draco flamula, qui mesure moins de deux (2) mètres de long,

est une sous-espèce du dragon de feu. Il vit dans les cheminées

des centrales électriques et s'est adapté

parfaitement à la température élevée et aux

concentrations de sulfures et d’acide sulfurique.

Ses écailles ont pris la couleur jaune-sulfure et des tons de

rouille qui facilite son camouflage et qui le rend impossible de le distinguer.

 

Le premier humain à le voir et à le distinguer et identifier

cette espèce était un ingénieur dans une centrale électrique bavaroise.

Il lui a donné le nom deflamula à cause de sa petite queue qui produit une flamme

quand elle vacille lorsqu'il émerge de la cheminée.

 

 


Cette sous-espèce est puissante et destructrice car lorsque

ces créatures volent, elles laissent une traînée de gaz sulfurique

qui provoque une pluie acide. Les spécialistes croient que ces animaux sont l’évolution d’une

race de dragons qui s’est adapté à l’environnement.

Cette théorie semble être la corroboration de la perte du

latin comme principale langue (il n’est pas reconnu

 

 

securedownload-109.jpeg


qu’ils parlent une autre langue) et par l’absence d’une société stable.

Apparemment l’autre espèce de dragon

méprise et déteste cette parenté diminuée...


 

 

 

 

DRAGONS

 

DRAGON

 

 

090414085603608486.jpg picture by virtuellife

LE DRAGON

 

 

dragon vert

 

dragon vert

 

 

dragon

 

dragon

 

dragon multicolore

 

dragon bleu