Free counter and web stats

Surbahar part1

Le Surbahar est un instrument de musique du nord de l'Inde. Utilisé dans le style de musique hindoustani.

La musique classique indienne utilise des instruments qui lui sont propres mais elle a aussi intégré quelques instruments occidentaux depuis longue date comme le violon et l'harmonium, ou plus récemment: la mandoline.

Le Surbahar :
Le surbahar est un instrument de musique classique indienne à cordes pincées
Le surbahar est un instrument de musique classique indienne à cordes pincées, conçu comme un sitar. Il est joué par les musiciens de Dhrupad et de Khyal.

Son manche de 130 cm est pourvu de frettes amovibles très larges permettant des glissandos de 6 notes sur une seule frette.
Ce manche est fixé sur une très grosse calebasse qui sert de résonnateur, et lui permet d'émettre des sons très graves (- de 20 Htz).
Cet instrument possède 4 cordes de rythme (cikari) et 4 cordes de jeu (dont la plus grosse fait 1mm de diamètre) ainsi que 15 à 17 cordes sympathiques (non jouées) qui vibrent à l'unisson des cordes jouées.
Toutes ces cordes sont disposées sur un chevalet plat.
Ce chevalet, en créant une amplitude de vibrations supérieure à tout autre forme de chevalet, amplifie considérablement le spectre sonore.
Les cordes sont frappées par un plectre métallique fixé sur l'index de la main droite.

http://www.makar-records.com/sitefrench/frameinstrumentf.html

Le Dhrupad

Principale évolution de la musique religieuse indienne et hindoue, le dhrupad est à la fois une forme de composition musicale et une forme poétique sophistiquée.

Jouissant d'un grand prestige à la cour des empereurs Moghols, il s'est développé du 15ème au 17ème siècles dans toute l'Inde du Nord.

Chantée, cette musique est aussi jouée sur des instruments à cordes (bîn, rudrevînâ).

Composé d'un âlâp (partie improvisée lente, puis rapide) puis d'un ou plusieurs poèmes (exposés en compagnie du tambour pakhâwaj), le dhrupad met longuement en valeur les intervalles qui séparent les notes du râg.

Les poèmes chantés dépendent structurellement d'un rythme (tâl) de 12 temps pour le dhrupad, 14 temps pour le dhamar, 10 ou 7 temps pour le dhrupad chanté sur un lay (pulsation) rapide.

Alternant présentation de la composition et improvisation sur le râg, le chanteur se lance dans de très nombreux développements : il improvise en utilisant la subdivision ou la multiplication du tâl, tout en respectant le sens du poème chanté.

il existe 5 écoles de Dhrupad Dagar vani
Gohar vani
Khandar vani
Haveli
Darbhanga

Vidéo précédente Retour Vidéo suivante
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau